Categories
Blockchain DeFi

Ethereum : l’Arbre de la Confiance

La vie

La vie est un phénomène ascendant. Elle émerge de mécanismes qui produisent de l’ordre à partir du chaos. En exploitant l’énergie du monde qui l’entoure, la «vie» est le produit d’algorithmes organiques capables d’intégrer l’énergie du monde qui l’entoure et d’en produire de l’ordre. Une fois qu’un fondement d’ordre initial est établi, la vie progresse et se développe en ajoutant des couches d’ordres de plus en plus nombreuses au-dessus de sa fondation initiale.

C’est ainsi que la vie est passée d’organismes unicellulaires à multicellulaires, à des symphonies complexes d’organes, de systèmes intégrés, d’hormones, de cerveaux et de conscience. Elle a commencé petit, puis elle a empilé de plus en plus de structures sur elle-même, sur plusieurs millions d’années, pour évoluer vers les formes de vie extrêmement diverses et complexes que nous connaissons aujourd’hui.

Chaque itération de l’évolution de la vie est basée sur les motivations de chaque unité individuelle. Le livre de Richard Dawkin, Le Gène égoïste, explique comment chaque gène d’un organisme est la plus petite unité de la vie. Son intérêt personnel inhérent à sa propre préservation et réplication offre le modèle fondamental sur lequel repose toute la vie.

Les bons gènes survivent. Les mauvais gènes meurent. Les gènes qui se combinent avec d’autres réussissent mieux que ceux qui restent indépendants car la coordination de groupe rend la survie plus efficace.

La citation de Charlie Munger «Montrez-moi les incitations et je vous montrerai le résultat» s’applique également à la vie. La vie est intrinsèquement incitée à «survivre», c’est la principale force de motivation qui donne à la vie sa force persistante et sa capacité à progresser. La vie est simplement la combinaison du désir de vivre avec les outils nécessaires pour y parvenir.

Avec suffisamment de temps, nous pouvons finalement nous attendre à ce qu’il y ait une planète florissante pleine de vie sous toutes ses formes, car la force de motivation pour vivre longtemps et prospérer, viendra combler tous les vides et niches avec une nouvelle forme de vie.

La nature a horreur du vide, et tous les coins de l’espace-temps sont des lieux où la vie peut émerger. Avec des fondations suffisamment solides et des outils vitaux, même les zones les plus vides de l’espace-temps sont capables d’accueillir la vie.

Vie crypto-économique

Les systèmes crypto-économiques comme Bitcoin et Ethereum représentent des formes de vie dans un domaine d’existence entièrement nouveau. Ce sont des formes de vie natives d’Internet, et leur existence dans cette réalité alternative est ce qui les rend si fondamentalement uniques.

Bitcoin et Ethereum ne sont pas les premiers organismes à habiter Internet. Les virus informatiques sont fondamentalement aussi vieux qu’Internet lui-même. Au fur et à mesure de la marche de l’évolution, apparaît d’abord la vie simple et hautement reproductible, puis viennent les corps complexes avec des structures internes qui travaillent en harmonie pour produire quelque chose de plus grand que la somme de ses parties.

Certains de mes travaux préférés dans ce domaine ont été réalisés par Brandon Quittem, chaleureusement connu sous le nom de “Bitcoin Mushroom Man”, pour son travail fantastique illustrant le lien entre Bitcoin et le mycélium, qui sont des réseaux souterrains de champignons qui fleurissent au-dessus du sol.

📚 Pour en savoir plus sur «Bitcoin est un champignon», lisez : Bitcoin is a Decentralized Organism (Mycelium) (document en anglais)

L’une des meilleures caractéristiques de cette industrie est la façon dont elle se rapporte d’une manière ou d’une autre à tous les domaines de la connaissance, et plus précisément, je pense que la relation entre la crypto-économie et la biologie est l’une des plus fascinante et sous-appréciée.

Une compréhension globale des systèmes crypto-économiques tels que Bitcoin et Ethereum doit tirer parti d’une perspective biologique, tout en intégrant également des concepts de complexité et de systèmes adaptatifs.

📝 ND Jon : en anglais, voyez ce MOOC, Prise de décision dans un monde complexe et incertain, si vous souhaitez creuser le sujet de la complexité, je l’ai trouvé absolument passionnant et formateur.

Lorsque nous discutons d’Ethereum ou d’applications et concepts liés à celui-ci, nous zoomons trop pour afficher le système de manière holistique. Lorsque vous effectuez un zoom arrière et visualisez Ethereum comme un système cohérent, la biologie devient le meilleur objectif pour le visualiser.

Par exemple, une métrique que nous utilisons souvent pour illustrer la santé de ces systèmes est le «nombre de nœuds», ou le nombre d’instances sur lesquelles chaque système a pu se répliquer. Les bons systèmes crypto-économiques sont facilement réplicables, et «télécharger la chaîne de blocs» est quelque chose qui peut être facile (Bitcoin) ou difficile (Ripple, EOS). Les systèmes ayant une bonne réplicabilité sont anti-fragiles et ont plus de facilité à survivre.

C’est ainsi que des systèmes comme Bitcoin et Ethereum deviennent viraux. Aucune quantité, réalisable, de travail coordonné ne peut éliminer les nœuds plus rapidement qu’ils ne peuvent être créés.

Bitcoin et Ethereum veulent vivre. Ils ont leurs propres motivations natives, ainsi que des stratégies uniques pour atteindre leurs objectifs. Comme toute vie, ce sont des systèmes axés sur les objectifs avec une volonté de vivre longtemps et une envie de prospérer.

Les applications Ethereum qui ont une réelle adéquation produit / marché (market fit en anglais) sont des exemples de structures d’Ethereum qui se développent pour l’aider à atteindre ses objectifs. Lorsqu’un nouveau protocole est développé sur Ethereum, c’est comme si Ethereum développait un nouvel appendice, qui est un nouvel outil, dont il peut tirer parti pour survivre et prospérer.

Les humains ont évolué en développant la bipédie, des pouces opposables, un cortex pré-frontal, et nous utilisons ces structures pour atteindre nos objectifs et nos aspirations. De même, Ethereum développe des légos monétaires, ces structures sont emboîtées et combinées pour produire des structures fonctionnelles, des structures que l’on peut brancher, sensibles à des entrées, qui permettent des avantages concurrentiels face à la concurrence.

J’ai écrit Ethereum est une structure émergente avec ces idées à l’esprit. L’écrit se résume comme suit :

  • Les «legos monétaires» des applications DeFi sont les éléments constitutifs d’une structure DeFi collective unique
  • Cette structure DeFi unique, composée de nombreux composants indépendants différents, est ce que nous appelons «Ethereum»
  • Les applications sur Ethereum créent de nouvelles interfaces sur lesquelles d’autres applications peuvent s’appuyer. MakerDAO, Uniswap, Compound, etc. représentent tous des applications Ethereum qui consomment le chaos et produisent de l’ordre, créant de nouvelles arènes de stabilité, exploitables par d’autres applications
  • La croissance linéaire des applications productrice d’ordre crée une croissance exponentielle d’une interface stable sur laquelle on peut s’appuyer.
  • Les permutations de combinaisons possibles d’applications se rapprochent rapidement de l’infini et l’Adaptation Complexe commence à prendre le dessus. Voir également l’Organisation Chaordique.

📚 Pour en savoir plus : Ethereum est une structure émergente

Ethereum est une plante qui produit de la confiance

De nombreuses plantes du monde ont incité les humains à agir en leur faveur. La révolution agricole a été l’époque où les plantes qui captent de l’énergie ont convaincu les humains de déposer leurs arcs et leurs lances, et à la place elle les ont convaincu de s’aligner et d’être incités faire survivre la plante, grâce au produit bénéfique que les plantes produisent : la nourriture.

Les plantes produisent ce que les humains veulent, et les humains ont tout abandonné pour cultiver ces organismes, car la vie et la prospérité de la culture signifiaient la vie et la prospérité pour les agriculteurs.

Le blé, le café, le tabac, le maïs, n’importe quelle culture est un organisme qui produit quelque chose qui rend la plante elle-même extrêmement précieuse pour nous. Parce que la plante est si précieuse, les humains s’assurent que les conditions parfaites soient réunies pour que la plante puisse prospérer. Nous veillons à ce qu’elle reçoive suffisamment d’eau (mais pas trop !), assez de lumière (mais pas trop !), et suffisamment de nutriments (mais pas trop !). Nous innovons avec des pesticides qui nuisent aux insectes mais pas aux feuilles. Nous achetons plus de terres et y installons plus de plantes. Ensuite, nous trouvons des moyens de mettre plus de plantes sur moins de terres. Ensuite, nous achetons plus de terres et répétons.

Du point de vue du succès évolutif, les plantes qui donnent aux humains ce qu’ils veulent sont parmi les organismes les plus performants au monde.

Ces plantes ont externalisé les fonctions de réplication et de prolifération aux humains. Les plantes n’ont pas de cerveau, mais elles ont convaincu des générations d’humains d’utiliser leur cerveau pour étudier et rechercher la meilleure façon de cultiver et de faire proliférer ces organismes.

Elles parviennent à se propager et à répliquer leur ADN sans avoir à faire de travail, car les humains le font à leur place. Les plantes qui produisent de la valeur pour l’homme incitent le travail humain à la propagation et à la prolifération de l’espèce. Bien joué, plantes!

Le blé produit des glucides. Le café produit de la caféine. La canne à sucre produit du sucre. Le tabac produit de la nicotine.

Ethereum produit de la confiance.

La nature des systèmes crypto-économiques est de produire une infrastructure de coordination trust-less. L’objectif est de servir de substrat à l’établissement de la confiance entre deux ou plusieurs parties.

La confiance est le composé hautement désiré produit par l’arbre Ethereum.

Comme les cultures vivrières et commerciales qui ont convaincu des populations entières de se concentrer sur leur survie, Ethereum recrute lentement toute l’humanité pour l’aider à le cultiver et à le protéger, car le produit de la plante Ethereum est incroyablement précieux : la confiance.

Tout comme la révolution agricole a créé une explosion de la croissance démographique et de la spécialisation cognitive (en anglais), la révolution de la confiance apportera des améliorations tout aussi inimaginables dans la santé et la prolifération de l’espèce humaine.

La révolution de la confiance commence par la culture de l’Arbre de la Confiance, Ethereum.

Mon cactus de Noël

Une de mes plantes préférées est mon cactus de Noël, nommé d’après la période de l’année où il fleurit. La façon dont il se développe est vraiment cool et très illustratif du concept d’organisation chaordique et de systèmes adaptatifs complexes (Ethereum est une structure émergente).

Les nouvelles feuilles de cactus de Noël s’étendent sur les plus anciennes et forment une chaîne qui remonte jusqu’à la base de la plante. Parfois, deux ou trois feuilles jaillissent d’une seule feuille et vont dans leur propre direction, se transformant en une nouvelle chaîne de feuilles.

Les nouvelles feuilles qui émergent sont au départ délicates et souples, et si l’on n’est pas méticuleux, il est très facile d’en casser une !

Si vous en détachez une, vous devrez attendre qu’une nouvelle feuille réapparaisse à sa place.

Si un cactus de Noël traverse des épreuves (pas assez d’eau, de soleil, des conditions météorologiques brutales), il commencera à laisser tomber une grande partie de ses feuilles nouvellement formées ! Toutes les plantes font cela d’une manière ou d’une autre. S’il y a des conditions difficiles, l’organisme doit devenir plus efficace. Il le fait en réduisant ses coûts et ses dépenses. Les nouvelles feuilles, étant les plus éloignées de la base de la plante, nécessitent le plus d’énergie pour y acheminer les nutriments, elles sont donc les premières à être délestées lorsque les temps deviennent durs.

Ce n’est pas différent d’une entreprise qui ralentissent pendant les récessions, ou des populations qui se contractent pendant une famine. Ce modèle fait partie de l’univers dans lequel nous vivons et c’est exactement ce que vous voulez voir dans des organismes anti-fragiles et durables. Pour vivre longtemps et prospérer, il est important de pouvoir répondre aux conditions de l’environnement qui vous entourent. Lorsque les choses se compliquent, vous gardez vos ressources à proximité. Et vous ne vous lancez pas dans de nouvelles entreprises coûteuses.

Si les conditions de croissance sont suffisantes, cependant, les nouvelles feuilles sont capables de créer plus d’énergie pour la plante qu’elles n’en coûtent à produire et à entretenir, et gagnent ainsi leur chemin pour devenir une partie plus permanente de la structure de la plante.

Les feuilles qui parviennent à rester longtemps sur la plante commencent à devenir “ligneuses”.

«Ligneux» est un terme réel, bien que non technique, qui décrit le tissu structurel d’une plante qui est composé de cellulose et de lignine hautement durables. La cellulose fournit la structure de réseau de carbone qui rend le bois incroyablement fort, et la lignine est comme le système de circulation interne de la plante. La cellulose fournit la structure, la lignine assure la circulation des nutriments. Des os et du sang.

Devenir «ligneux» est un processus lent et itératif consistant à ajouter des couches et des couches de cellulose en guise de tissu structurel, et, au fil du temps, durcissant en une tige. Les parties ligneuses des plantes se portent bien pendant les conditions hivernales en raison de leur résistance aux intempéries et aux températures hostiles.

En biologie humaine, nous utilisons le terme «calcification» qui décrit la stratification du calcium et du phosphate dans une matrice qui devient de l’os. Nous utilisons également le terme «calcification» dans le monde de la cryptographie pour décrire le durcissement de ces systèmes et la capacité d’y apporter des modifications. Le Bitcoin est considéré comme «calcifié» (NDT : on entend plus régulièrement “ossification”) en raison de sa résistance aux changements de protocole.

Le contraire des plantes «ligneuses» sont les plantes «herbacées», qui ne présentent pas de bois et ont donc une croissance éphémère au-dessus du sol. Lorsque l’hiver arrive, la croissance aérienne s’éteint et le système racinaire entre en dormance jusqu’à ce que les conditions deviennent plus favorables. La stratégie consistant à laisser mourir votre croissance de surface chaque année, juste pour la faire repousser plus tard, est intéressante. Cela signifie que la survie de la plante ne dépend pas de sa croissance au-dessus du sol et peut donc durer dans des conditions extrêmement hostiles.

Cependant, ne pas pouvoir produire une croissance aérienne à long terme est globalement contraignant pour le potentiel de la plante. La croissance ligneuse est un système qui permet à une plante de «verrouiller» la croissance qu’elle produit à chaque saison de croissance. Sans cette capacité, une plante se renouvelle chaque année.

Chaque saison de croissance, de nombreuses et nouvelles feuilles fraîches sont ajoutées à la plante. En raison de l’abondance de nutriments et des conditions favorables trouvées pendant les saisons de croissance, les plantes peuvent supporter le risque d’une nouvelle croissance coûteuse en raison de l’avantage possible d’une nouvelle capture d’énergie durable tout au long de l’année.

Pendant ce temps, afin de soutenir toute nouvelle entreprise réussie, toutes les vieilles feuilles du cactus de Noël deviennent ligneuses. La structure interne des vieilles feuilles commence à durcir. Elles se transforment de feuilles douces et délicates, à des feuilles boisées, fermes et durables. Ces feuilles plus anciennes forment une structure solide en forme de bâton à l’intérieur, ce qui aide à générer une branche stable et fiable pour la croissance d’une nouvelle croissance. Au prochain cycle de croissance, de nouvelles “bébé” feuilles fraîches pousseront sûrement à partir de ces feuilles “vétérans”.

Les nouvelles feuilles sont capables de capturer de nouvelles ressources, et les feuilles plus anciennes font mieux circuler ces nouvelles ressources. Cette boucle de rétroaction positive est la façon dont la vie prolifère.

Toutes les feuilles ne parviennent pas au point d’être ligneuses et stables, mais une fois qu’elles y sont, la probabilité que les feuilles deviennent une structure permanente dans l’ensemble de la plante augmente considérablement. Plus le cactus de Noël devient ligneux et ferme, plus son “interface” est fiable et permet de faire pousser de nouvelles feuilles, à partir de sa base durable.

L’Arbre de la Confiance

Vous pensez probablement “David, à quoi bon ce discours sur les plantes ?

Eh bien… c’est exactement la façon dont Ethereum se développe en tant qu’écosystème.

Les premières fondations primitives sont construites, et au fil du temps, de nouvelles extensions émergent de ces fondations. Si les extensions sont bonnes, elles sont conservées par le système. Si elles sont mauvaises, elles seront négligées et ne pourront pas pousser sainement.

La norme ERC20 a été l’une des premières émergences des fondations d’Ethereum, et cette structure est devenue un échafaudage crucial et incassable pour presque tout Ethereum.

En 2017, une multitude d’ICO ont intégré Ethereum. Des milliers de nouvelles feuilles sont nées d’une plante relativement jeune. Ces nouvelles feuilles ont pu se développer car 2017 fut une année généreuse en ressources pour Ethereum. 2017 a donné à Ethereum un approvisionnement illimité en Lumière, en Eau et en Nutriments, et par conséquent, mille nouvelles feuilles d’Ethereum ont émergé du protocole.

En 2018, le soleil, l’eau et les nutriments se sont tous raréfiés et 95% des feuilles nées pendant la saison de croissance de 2017 sont mortes et ont quitté la plante. Ethereum n’avait pas encore construit une base suffisamment stable pour être en mesure d’héberger toutes ces nouvelles feuilles, beaucoup de celles-ci étaient déformées et ne renforçaient pas la base de la plante.

Dans ces conditions, les organismes anti-fragiles comme Ethereum font ce qu’ils font de mieux.

Ils coupent leurs réserves et se renforcent pour l’hiver.

2018 et 2019 ont été de longs hivers pour Ethereum. Peu de ressources sont entrées dans l’écosystème, ce qui a amené Ethereum à se réduire, de plus en plus près du cœur de l’Arbre. Comme un corps en hypothermie, les plantes contractent leurs ressources plus près du cœur de la plante. Une période prolongée de ressources insuffisantes signifie que l’organisme Ethereum est obligé de continuer à se consolider et de devenir plus efficace.

Personne n’est à l’abri des profondeurs du marché baissier. Même des projets de grande qualité comme Nexus Mutual ont failli «chuter» en raison du manque de financement. Même les plantes les plus résistantes mourront sans les ressources nécessaires, et l’organisme «se réduira» continuellement jusqu’à ce que de nouvelles ressources arrivent, avant qu’il ne meure complètement.

L’Été de la DeFi (The DeFi Summer) a apporté une nouvelle vague d’énergie dans le système Ethereum, et avec cette nouvelle énergie, est venue une nouvelle vague de croissance de l’Arbre Ethereum. Les capitaux ont afflué dans l’économie et de nouveaux projets ont été lancés.

Plus important encore, les projets qui ont traversé le marché baissier de 2018-2019 sont devenus des échafaudages solides pour soutenir toute cette nouvelle croissance. Après avoir appris à survivre dans des conditions de faibles ressources, les feuilles d’Ethereum qui avaient survécu à l’hiver sont devenues extrêmement maigres, consolidées et efficaces. Elles sont capables de maximiser les ressources trouvées dans les nouveaux nutriments déversés dans l’écosystème.

Uniswap est apparu pour la première fois en 2018 et a été l’une des rares feuilles qui ont pu pousser pendant l’hiver 2018-19. Si une nouvelle structure peut se développer pendant les périodes de difficultés et de manque de nouvelles ressources, imaginez ce qu’elle peut faire pendant une saison de croissance.

C’est à peine le printemps à Ethereum-land, et Uniswap fait déjà plus de volume que Coinbase.

Uniswap en tant que structure est en mesure d’accueillir une nouvelle croissance s’étendant hors du protocole. C’est l’une des feuilles les plus efficaces d’Ethereum car elle crée une surface importante pour permettre à une croissance ultérieure d’en émerger. Uniswap s’est rapidement transformé en un composant boisé et stable du système circulatoire interne d’Ethereum. De nombreuses nouvelles feuilles ont pu s’appuyer dessus, en utilisant sa structure.

Uniswap a été construit sur la structure fiable et stable du token ERC20. En conséquence, Uniswap a produit sa propre structure, fiable et stable, qui héberge maintenant une variété diversifiée de nouvelles croissances de l’écosystème Ethereum.

Modularité structurelle

En parcourant l’écosystème DeFi, on voit un paysage diversifié d’applications, toutes avec différents degrés de vecteurs d’attaque et de résistance/sécurité au niveau du protocole.

Uniswap, MakerDAO, Compound, Aave, Curve, Synthetix, Balancer, Yearn représentent tous, d’une certaine manière, une structure dont dépendent les autres, une certaine surface sur laquelle les autres peuvent s’appuyer.

Notamment, beaucoup s’inquiètent de la croissance de MakerDAO. DAI est de plus en plus soutenu par des actifs centralisés, laissant la feuille MakerDAO peut-être plus fragile que l’idéal le voudrait.

Si la feuille MakerDAO de la plante Ethereum mourait, elle tuerait également toutes les autres feuilles reposant sur elle. Si la fondation s’effrite, tout ce qui se trouve au-dessus meurt. Ce serait mauvais pour la plante. Cependant, comme le savent même les horticulteurs les plus novices, avec le temps tout peut être reconstruit.

Nous voyons déjà cela avec Aave et Compound – deux copies redondantes d’échafaudages similaires. Alors que MakerDAO continue de dominer le paysage décentralisé du stablecoin, une nouvelle cohorte de start-ups se met en place pour aider à soutenir l’arbre : RAI, Empty Set Dollar et Dynamic Set Dollar.

Rappelez-vous de cette figure :

La redondance anti-fragile est au cœur de toute vie. La mise en place d’un écosystème diversifié d’applications DeFi qui se chevauchent, produit un réseau sain de solutions à la fois interdépendantes et indépendantes.

Ethereum est en train de développer un réseau de mailles holistiques, à croissance ligneuse, et stable, à partir de la base de la plante. Plus le réseau maillé est dense, et plus il devient boisé et stable, plus la DeFi est prête à soutenir l’économie mondiale.

Racines Ethereum, Feuilles DeFi

Le Bambou Chinois est capable de l’une des croissances les plus rapides au monde, capable de croître de 24 mètres en seulement six semaines !

Comment est-ce possible ? La réponse est que les 6 semaines de croissance sont simplement la période expressive de la plante, mais ne sont en fait qu’une petite composante du processus de croissance global du Bambou Chinois. Il faut en fait au bambou 5 ans de développement de racines souterraines pour pouvoir créer une croissance impressionnante au-dessus du sol.

Cinq ans de «dormance», alors que la plante s’efforce de développer son système de collecte et de circulation des nutriments. Ensuite, lorsque les conditions sont parfaites, la plante compense ses cinq années de dormance en seulement six semaines, en atteignant 24 mètres de haut.

Cela n’a pas été appelé «l’Hiver de la Crypto» pour rien. À partir de 2018 et se terminant au début de 2020, la période hivernale pour la crypto fut looooongue. Ce fut 30 mois de consolidation pendant lesquels les systèmes crypto-économiques se sont épurés pour pouvoir rester en vie.

Des mineurs ont abandonné. Des fonds ont fait faillite. Des projets se sont arrêtés.

Mais une chose n’a jamais cessé de se produire : les progrès et le développement d’Eth2 ainsi que les améliorations structurelles d’Eth1x. Au cours de l’Hiver de la Crypto, les racines d’Ethereum semblaient déphasées par les conditions hors-sol difficiles. Elles se sont donc développées en un vaste réseau parallèle (voir la feuille de route proposée par Vitalik).

Avec la phase 0 en cours, l’EIP1559 à l’horizon et la consolidation de l’écosystème Rollup dans sa forme finale, les racines fondamentales de l’économie d’Ethereum semblent aussi anti-fragiles et fiables que nous aurions pu l’espérer.

Pendant ce temps, les conditions au-dessus du sol ont rapidement commencé à s’améliorer et le nouvel intérêt pour Ethereum a apporté de nouvelles ressources dans l’écosystème à un rythme jamais vu auparavant.

Ethereum entre dans sa phase de croissance. Et d’après ce que nous pouvons voir, les conditions semblent extrêmement favorables. Le taux de croissance des nouvelles feuilles de l’Arbre Ethereum s’avère déjà absolument incroyable.

La Dureté du bois d’Ethereum représente ses Valeurs

Ethereum a été conçu autour d’un ensemble particulier de valeurs et n’a pris aucun raccourci pour exprimer celles-ci à leur maximum.

Les valeurs d’Ethereum sont synonymes de la thèse du “Protocol Sink” :

  • Sans permission nécessaire, libre d’accès
  • Résistance à la censure
  • Neutralité crédible
  • Décentralisation

Ces qualités sont les qualités qui différencient un produit privé d’un bien public, et toute la raison pour laquelle cette industrie existe est de produire des biens publics globalement accessibles en monnaie et en finance.

La formule de développement de cette industrie est la suivante :

Résistance à la censure + Ouverture + Neutralité + Décentralisation + [App] = Bien public mondial extrêmement précieux. Pour faciliter les choses, nous allons condenser l’équation en :

Sans confiance + [App] = ???

Trustlessness = qui ne demande pas de tiers de confiance

Voici ce que nous avons jusqu’à présent :

Si vous avez créé une application trust-less, vous avez créé quelque chose de dense dans le Protocol Sink et qui résonne avec les valeurs d’Ethereum.

Lorsqu’une application construite sur Ethereum et Ethereum lui-même sont alignés dans leurs conceptions, des synergies émergent.

Lorsqu’une application Ethereum se trouve au bas du Sink Protocol, à proximité du protocole Ethereum, cette application reçoit naturellement un traitement favorable de la part du reste de l’écosystème Ethereum. Une application trust-less se trouvant au cœur même de l’Arbre Ethereum, se retrouve à avoir un accès privilégié aux ressources produites par l’Arbre. Il est tout simplement plus facile de nourrir une partie de la plante Ethereum qui est proche du cœur de l’organisme.

Lorsqu’une application est trust-less, obtenir des ressources auprès d’Ethereum est facile.

Les utilisateurs d’Ethereum regardent l’application et se demandent «est-ce que je vais récupérer mon argent comme je l’espère?».

Les applications trust-less répondent toujours : «Oui». Les applications trust-less ont tendance à recevoir beaucoup d’argent et de capitaux déposés dans leurs contrats. La croissance ligneuse émerge des applications trust-less.

Ethereum s’étend de sa base vers sa propre couche d’application via des applications trust-less.

Uniswap est une application de la couche d’application d’Ethereum, mais c’est une représentation haute fidélité d’Ethereum lui-même. Cet alignement entre Uniswap et Ethereum est la raison pour laquelle Uniswap a pu prospérer pendant une période hivernale. Cela illustre comment Uniswap est devenu si rapidement une excroissance ligneuse et stable de l’arbre Ethereum, si tôt dans sa vie. Uniswap est une excroissance qui émerge du noyau d’Ethereum.

Ethereum veut s’exprimer via la couche d’application, et les applications qui ne prennent aucun raccourci pour exprimer leur trustlessness sont le moyen par lequel Ethereum se manifeste dans le monde réel. Après tout, les développeurs d’Eth2 ont passé des années à essayer de perfectionner la capacité d’Ethereum 2.0 à exprimer sa trustlessness, sans contraintes. La raison pour laquelle cela est si important, est, que les applications ne peuvent exprimer que la trustlessness que la couche de base, Ethereum, permet.

Dans les articles précédents (Ethereum est une structure émergente), j’ai illustré une boucle de rétroaction entre la présence de structures fiables et trust-less comme Uniswap et d’autres applications sur Ethereum.

La DeFi est une super-structure unique d’applications financières. Les applications DeFi sont des «legos monétaires», et cette attraction gravitationnelle inextricable existe pour que toutes les applications se fusionnent. Quel est l’intérêt d’avoir des legos non emboîtés ?

Les développeurs sur Ethereum semblent être principalement intéressés à :

  1. Produire de nouvelles applications, ou à
  2. Assembler d’autres applications ensemble (mais ce n’est en fait qu’un sous-ensemble de 1).

Par conséquent, l’ensemble de la DeFi se dirige vers une seule superstructure d’applications. J’appelle cette structure «Ethereum».

Lorsqu’une application comme Uniswap est ajoutée à la structure, elle imprègne le reste de la structure de sa truslessness. Lorsque des applications comme Uniswap existent, cela aide d’autres applications à développer leur trustlessness, car elles peuvent simplement se connecter à Uniswap si elles ont besoin d’une fonction d’échange.

Plus le nombre d’applications qui développent leur trustlesness sur Ethereum grandit, plus la création d’autres applications trust-less devient facile, car il y a plus d’outils trust-less disponibles pour les développeurs.

En étendant cela à la métaphore de la plante, leur trustlessness est le bois de la plante. Au fur et à mesure que la super-structure Ethereum se développe de façon trustless, la plante Ethereum a des croissances ligneuses plus fortes, plus longues et plus efficaces, qui sont capables d’accueillir de plus en plus de feuilles !

Lorsque le soleil perce enfin les nuages, Ethereum a construit la structure circulatoire dont il a besoin pour produire et entretenir les feuilles nécessaires pour capter cette énergie.

Un spectre complet de valeurs

La meilleure caractéristique d’Ethereum est qu’il peut héberger une activité financière de toute nature. Le protocole lui-même est conçu pour être expressif au maximum, de sorte que la taxonomie complète des activités possibles, peut être réalisée sur Ethereum.

Il y a des gens qui souhaitent construire des choses sur Ethereum qui ne maximisent pas la trustlessness. Titres tokenisés, actifs du monde réel, des jardins clos permissionnés.

Dignes de confiance ou non, ces derniers peuvent tous être des produits utiles.

Bien que nous pensons que des choses comme celles-ci ne tombent pas dans la théorie du Protocol Sink ; il n’y a aucune règle selon laquelle vous devez construire quelque chose sur Ethereum digne de confiance ou non. La thèse du Protocol Sink suggère simplement que les choses qui renforcent la confiance seront organiquement favorisées par l’écosystème, et que les choses ont tendance à graviter autour de son centre, le cœur d’Ethereum.

Dans cet esprit, la théorie n’interdit pas non plus la possibilité de trouver une grande valeur en dehors du puits gravitationnel.

Une plante aussi adaptable que le Cactus de Noël peut aussi avoir une valeur des deux types ! Plus près de la base, il a sa structure ligneuse et fiable, mais plus loin, il a ses feuilles vertes qui captent la lumière du soleil. Une plante saine a besoin des deux !

La base ligneuse pour la structure et les nutriments. Les branches feuillues pour la partie valeur. Les projets centralisés sur Ethereum sont plus faciles à construire que les projets trust-less, et du point de vue d’une plante, toute croissance est une bonne croissance. Seuls quelques projets trust-less sont nécessaires pour pouvoir prendre en charge de nombreux produits centralisés, et dans l’ensemble, je m’attends à ce que les produits centralisés présentent la plus grande surface totale de l’Arbre Ethereum.

Certaines applications Ethereum font un travail fantastique en capturant des tonnes de valeur pour l’écosystème dans son ensemble, tout en existant dans le domaine permissionné et centralisé :

  • USDC de Circle
  • Gods Unchained d’Immutable
  • Rarible
  • dYdX
  • Carte Visa de Monolith

Ce sont toutes des applications Ethereum apportant une activité économique à partir de produits et services centralisés. Ils captent de la valeur pour l’écosystème dans son ensemble, et les utilisateurs ont la liberté de quitter ces applications pour retourner dans les parties trust-less de l’écosystème Ethereum.

Au fil du temps, les entités centralisées se sont endurcies, comme c’est une bonne stratégie de brancher les vecteurs d’attaque avec une application trust-less ou comme elles deviennent de plus en plus disponibles. Elles renfircent ainsi la confiance et la densité à l’intérieur du Protocol Sink tout en maintenant un certain degré de centralisation.

La plante pousse dans toutes les directions !

Cultiver la confiance

Dans un monde où la confiance envers les institutions est toujours au plus bas, Ethereum est une forme de vie nouvellement découverte qui produit la confiance en tant que produit.

Un autre article de Brandon Quittem qui, à mon avis, a beaucoup de poids. Est son article “Bitcoin and the Fourth Turning”, qui explique la thèse derrière le livre The Fourth Turning, de la perspective de Bitcoin, et son rôle à jouer dans les cycles générationnels.

Un paragraphe de “Bitcoin and the Fourth Turning” :

La théorie générationnelle de Strauss – Howe, également connue sous le nom de théorie du Quatrième Tournant, décrit les cycles de génération récurrents. Les événements historiques sont associés à des personnages générationnels récurrents, et chaque personnage générationnel déclenche une nouvelle ère dans laquelle un nouveau climat social, politique et économique existe. Ils font partie d’un plus grand “saeculum” cyclique (une longue vie humaine, qui s’étend généralement entre 80 et 100 ans). Après chaque saeculum, une crise se reproduit dans l’histoire américaine, qui est suivie d’une reprise. Au cours de cette reprise, les institutions et les valeurs communautaires sont fortes. En fin de compte, les archétypes générationnels successifs attaquent et affaiblissent les institutions au nom de l’autonomie et de l’individualisme, ce qui crée finalement un environnement politique tumultueux qui devient le terreau d’une autre crise.

Dans un graphique, la théorie du Quatrième Tournant est représentée par deux ondes sinusoïdales désynchronisées, l’une représentant l’offre de l’ordre et l’autre la demande de l’ordre.

Selon la thèse du Quatrième Tournant, nous sommes actuellement à une époque où l’offre d’ordre est faible, avec une demande croissante d’ordre.

Comme moi, vous êtes peut-être pessimiste quant à la capacité de la démocratie américaine à «voter» correctement pour le bon chemin vers un monde meilleur. La trajectoire ne semble pas étayer cela. Je suis personnellement plus optimiste quant à la demande d’ordre qui est satisfaite par la construction d’institutions alternatives indépendantes de la santé et des capacités des systèmes de gouvernance humaine actuels.

Mais quelles sont les autres institutions qui peuvent aider les gens à trouver l’ordre et la stabilité dans le monde ? Les gargantuas de la Silicon Valley ? Cela semble dystopique.

Comment le marché va-t-il répondre à la demande d’ordre dans nos vies ? Qu’est-ce qui viendra pour répondre à ce besoin ?

Conclusion

Ethereum est un système crypto-économique qui produit le fruit de la confiance. Plus Ethereum est cultivé et nourri, plus il est capable de produire de la confiance.

Ethereum n’a que 6 ans et est sur le point de sortir de sa chrysalide ETH 2.0 en tant que plante mature capable d’étendre la confiance sur tout l’Internet.

Comme toutes les cultures qui produisent du rendement pour leurs agriculteurs, Ethereum recrutera les peuples du monde pour grandir sainement. Ils lui fourniront des nutriments et lui donneront la lumière du soleil. Ils le feront parce que plus Ethereum est sain, plus il suscite de confiance, et la confiance est quelque chose de rare et très demandé.

Ethereum propose ce que nous voulons : de la confiance.

Et il va tirer parti des humains et de notre besoin de confiance pour l’aider à devenir la plus grande forme de vie que nous ayons jamais connue.

Auteur Bankless : David Hoffmanconseiller de RealTanimateur de Bankless & de POV Crypto